L’avenir de la mode: le conseil-stylisme en image personnel

Pourquoi l’avenir des secteurs de la mode et l’habillement passera par

le conseil/stylisme en image personnel ?

Un peu d’histoire…

Il est important de commencer par faire une définition du métiers de « conseiller en image personnel » ou « styliste en image personnel » car nous lisons, un peu de tout et n’importe quoi …..Avouons le!

Le conseiller(e) en image est une personne qui travaille sur un individu ou groupe d’individus autour de 3 axes principaux :

–         L’apparence (L’image globale, la colorimétrie, le style vestimentaire, les personnalités…)

–         La communication (La communication verbale et non verbale…)

–         Le comportement ( l’étiquette et protocole d’affaire, le maintien/posture….)

Ce métier n’est pas nouveau. Les premières traces de « conseil personnalisé sur le vêtement » sont notées dès le XVIIIème siècle.

« …Marie-Antoinette et sa « conseillère de mode » Rose de Bertin alors sacrée Ministre de la Mode. Conseillera les femmes dans son magasin Le Grand Mogol rue Saint-Honoré.

En 1870, l’incertitude face à l’harmonie des tons dans les vêtements entraîna l’apparition de nombreux conseillers de mode dans la haute bourgeoisie française. Lesquels expliquaient comment marier les couleurs, selon que l’on était blonde, brune ou rousse, que l’on avait le teint pâle, vif ou mat, les yeux expressifs ou languides…

Ces Conseillers de mode officiaient dans les grands magasins (Les Galeries Lafayette)… »

Source wikipedia sur la définition du conseil en image personnel, rédigéé en 2008 par Lyly Lemêtre, image consultante.

De nos jours…

Le champ d’application des ces métiers est largement ouvert peut être un peu trop….. nous retrouvons dans nos sociétés contemporaine des « relookeurs », des « personal shopper« , des « coachs en image », des « conseillers en look », des « consultants en image et communication« , « conseillers en image et style » etc… Terme typiquement Français !

Mais tous ces métiers différents vont chercher racine dans le même métier d’origine celui de conseiller en image personnel.

Certes les méthodes (test colorimétrique de Suzanne Caygill ou de Carole Jackson) et les procédés techniques (l’industrialisation de la mode, mode production, mondialisation…) ont changé et ont énormément fait évoluer la façon et les raisons de s’habiller pour arriver de nos jours à une vrai question de personnalisation et d’image de marque, qui reflètent nos valeurs et notre style de vie.

Dans nos sociétés où l’image est reine, le vêtement et la façon de le porter est un canal de communication comme les autres permettant de se fondre dans une masse ou au contraire de se distinguer.

Peter Montoya et William Arruda ou encore Seth Godin expliquent cette nouvelle tendance du marketing appelé le : «Personal branding »

Ces nouveaux métiers qui font le lien entre la mode et l’image personnelle ne sont pas qu’une « tendance passagère » mais représentent une réponse à l‘évolution globale de la consommation de l’habillement et s’inscrit dans une évolution logique de l’histoire de la mode.

L’innovation technologique sans pédagogie laisse les consommateurs parfois sans repère :

Le conseiller en image / stylisme en image personnel répond à un besoin d’accompagnement et de conseil, ils sont un lien physique avec le client entre le produit et les outils technologiques dans un parcours d’achat qui reste à réinventer.

De nouvelles applications mobiles arrivent tous les jours sur le marché. L’une d’elle, souvent utilisée par les conseillères en image permet de scanner des artefacts de clients en 3D afin d’y conserver les mensurations.

Certaines technologies promettent même un algorithme prédictif, une technologie cognitive qui sera le prolongement naturel de ce qu’un styliste personnel ferait de mieux.

Pourquoi le conseil / styliste en image personnel répond à un besoin ?

L’analyse du parcours utilisateur des digitalmums (consommatrice du web) montre un grand intérêt pour les services personnalisés de type : tutorats, conseils, astuces, accompagnement vers une nouvelle expérience d’achat.

L’acte d’achat se digitalise, la vente sera un acte quasi automatique et autonome, seul le conseil individuel et l’expérience client fera déplacer les gens en boutique pour un retrait achat ou un RDV avec sa conseillère en image.

Bengs-lab a sorti en 2016 une étude sur l’hyper-personnalisation :

« La personnalisation par les industriels tente de résoudre une équation à priori impossible :

Comment offrir à un client le sentiment qu’il va se différencier alors que les produits ou les services qui lui sont proposés le sont également à des millions d’autres consommateurs ?

La recherche de personnalisation dans un monde de consommation

de masse de produits et de services et d’innovation fait émerger de nouvelles offres et de nouveaux business models. »

Que doivent faire les marques ?

Repenser leur environnement et les compétences des personnes qui y travaillent, former leurs collaborateurs et s’ouvrir à l’innovation.

Nicolas Bouzou, économiste écrit dans son dernier livre : L’innovation sauvera le monde, « Le progrès technologique est une promesse majeur de productivité et de croissance mais qui nécessite d’investir, de former et de réorganiser »

Il est donc capital de considérer l’importance des ces nouvelles professions de conseillers / stylistes en image personnelle dans les secteurs de l’habillement.

L’habillement comprend 3 grands axes :

–         La création

–         La fabrication

–         La commercialisation

Dans un futur proche, ces nouvelles disciplines du conseil en image représentera une valeur ajoutée à la commercialisation du produit textile.

Le monde est en pleine mutation et les secteurs de la mode et de l’habillement ne sont pas épargnés.

De nouvelles générations de consommateurs apparaissent et achètent via leur Smartphone n’importe où et n’importe quand, sur des sites e-commerce, des purs players qui n’ont plus besoin de boutiques traditionnelles, ces espaces de consommation de masse avec vendeuses, cabines d’essayage et caisses à la file d’attente interminable….

Il reste beaucoup de choses à faire sur l’exploitation des CRM clients (les cartes fidélités) par les marques de PAP.

Si les magasins désirent continuer à attirer les clients, ils devront proposer une offre de conseils adéquats et sur-mesure dans un espace repensé, connecté et scénographié avec des acteurs de l’hyperpersonnalisation : les conseillers/stylistes en image personnel.

Article: Jaël PF – Co-fondateur et CEO Jaelys – Directeur Artistique et Communication Marketing