Cartouche du titre

Fashion services LAB

Rentrer au sein des écoles Jaelys de Paris et Aix en Provence pour suivre les formations de styliste conseiller en image, c’est participer à un programme riche et innovant. Jaelys réunit toutes les conditions favorables pour développer, rencontrer, échanger et créer les services digitalisés de demain autour de la vente, de la mode et de la beauté.

Sur certains Vendredi repartis dans l’année, les étudiants participent aux «Fashion services LAB» de Jaelys. Ces ateliers d’open innovation permettront aux étudiants, sous tutorat, de travailler en groupe sur des projets d’applications numériques autour de leur métier : Le conseil en image personnel.

Ces Labs seront ponctués de rencontres avec des professionnel externes du design de l’entrepreneuriat et de la mode et chaque projets sera exposés en examen de fin d’année devant un jury professionnel.

Le métier de conseiller en image consiste à apporter des conseils personnaliser et accompagner un ou un groupe d’individus dans une nouvelle expérience sur mesure et à choisir le vêtement qui leur est le plus approprié en fonction de leur budget, leur valeur, leur style et de l’environnement.

«Les expériences représentent le nouveau type de valeur économique, avec les services comme scène et les biens comme piliers»

Source: B.joseph Pine II, The Expérience economy

 

Les etudiants participeront au « Hackamode » et au prix « Pépite de i-lab ».

Facebook est née dans une université, les écoles devrait avoir un rôle de pré-incubateur afin de développer l’esprit entrepreneurial de ces étudiants. A travers ces LABS nos étudiants sont initié aux «Design thinking»: Ensemble des méthodes et des outils qui aident face à un problème ou un projet d’innovation à appliquer la même démarche que celle qu’aurait un designer.

Rejoignez-nous !

Faire du capital humain un nouveau concept d'innovation disruptive grâce au conseil en image et aux outils de nouvelle génération.

29 % Des acheteurs

en ligne français recherchent des offres personnalisées

54 % Des consommateurs

souhaitent que l’exercice de la consommation soit en phase avec ce qu’ils vivent à titre personnel ou professionnel et affirment qu’ils achèteraient plus si l’interface et les conseils étaient personnalisés

34 % Génération Z 1995

de la population mondiale hyper-connecté

50 % Augmentation maximum de bénéfice

De très bonnes expériences construisent la fidélité et certaines études affirment que si l’on améliore la fidélisation du consommateur de 5% on peut s’attendre à une aimantation

Les Françaises ont dépensé 10,4 milliards d’euros pour s’habiller l’an en 2016

« Les grands acteurs du marché n’ont pas d’autres choix que d’évoluer, car dans les 10 ans qui viennent, les nouvelles générations ne vont plus vouloir de ces marques, la mode ne va pas mourir mais le système de l’industrie de la mode oui »

Li Edelkoort – Anti_fashion

Comment offrir à un client le sentiment qu’il va se différencier alors que les produits ou les services qui lui sont proposés le sont également à des millions d’autres consommateurs ?

Cette définition préfigure les deux seuls leviers de personnalisation possibles :

  • Personnalisation de l’expérience client : Avant, pendant et après l’acquisition du produit, y compris le mode de consommation et les services associés.
  • Personnalisation du produit ou service : Ses caractéristiques techniques, son identité et son positionnement prix pour le rendre plus proche des besoins du client.

La recherche de personnalisation dans un monde de consommation de masse de produits et de services fait émerger de nouvelles offres et de nouveaux business models ….

De la consommation d’un produit ou d’un service à la consommation d’une expérience. Le consommateur d’aujourd’hui, ultra connecté, s’oriente naturellement vers l’offreur qui lui propose une expérience personnalisée, spontanée, multicanal. C’est notre désir ancestral de différenciation qui nous pousse vers cette expérience valorisante, au cours de laquelle,nous avons l’illusion d’être unique. L’étude « Commerce Connecté » conduite récemment par DigitasLBi et l’IFOP, montre qu’en France plus de la moitié des consommateurs souhaitent que l’exercice de la consommation soit en phase avec ce qu’ils vivent à titre personnel ou professionnel. Parmi la profusion des écrans, le mobile modifie en profondeur les usages des consommateurs en devenant un véritable assistant personnel dans le parcours d’achat du consommateur à tout moment de la journée, que ce soit dans un contexte personnel ou professionnel.

Les frontières entre les sites marchands et les commerces physiques s’estompent au profit d’un commerce « connecté » combinant des interfaces physiques et virtuelles, ce qu’on appel le « Phygital ».

Soucieux de la préservation de son intimité, le consommateur est méfiant et difficile à séduire. Le message de l’offreur qui s’adresse à lui est omnicanal, mais il doit être pertinent en s’adaptant au contexte, à l’instant présent, et doit être non intrusif et discret.

Les techniques de marketing et de communication évoluent dans ce sens. Elles sont interactives, communautaires et virales. Elles se distinguent davantage sur l’apport de contenus plus que sur la forme. Elles visent à développer une relation de confiance avec le consommateur, à engager une conversation, apporter un conseil personnalisé.

Source: Bengs-Lab-Les-business-models-de-lhyper-personnalisation

Le concept d'innovation dans le fashion retail est largement exploité au service du consommateur, c'est du BtoC, mais si nous réfléchissions à concevoir des outils d'innovation au service des vendeurs pour améliorer l'expérience client autour des relations humaine cela redonnerai une valeur au capital humain.