L’histoire du wedding planner

L’organisateur de mariages et d’évènements plus communément appelé en France « wedding planner » travaille la construction d’un projet lié à l’organisation des mariages et l’organisation

d’ évènements.

Le mot wedding planner signifie littéralement  » planning de mariages » l’équivalent pour nous en français de « rétroplanning » .

Il n’est donc pas de bon ton d’arriver dans un pays anglo saxon et de dire que l’on est « rétroplanning » (soit wedding planner)
….

En effet le terme wedding planner m’est apparu en France qu’en 2001/2002 à la suite du film avec Jennifer Lopez intitulé en Anglais « Wedding Planner ».

Le sénario racontait tout simplement l’histoire du « compte à rebours » de l’organisation d’un mariage… soit le rétroplanning dans le jargon des professionnels.

L’amalgame était né !

Le métier aux Etats-Unis s’appelle « bridal’s Consultant » et en France « Organisateur de Mariages ». Aujourd’hui parfaitement démocratisé aux États-Unis depuis 1940 il s’étend en France depuis 1975 et connaît une forte médiatisation depuis 2005 avec l’apparaition de plusieurs reportages et émissions de télé réalité inspirées en grande partie par des émissions Anglaise ou Belge.

Pourtant la profession existe depuis près de 200 ans en Europe… En 1585 alors appelé les grands Maîtres de cérémonie on découvre que ceux-ci s’occupaient de toutes les parties organisationnelles des événements d’Etat, leurs compétences étaient alors :

  1. -les mariages,
  2. -les baptêmes,
  3. -les festins royaux,
  4. -les entrées royales,
  5. -les lits de justice etc…

Ils s’occupaient de la logistique, de la planification et des budgets des réceptions de A à Z. 
C’est au XVIIème siècle que le métier s’impose sous le nom des Maîtres Menu Plaisir sous la houlette du trésorier et d’un Ministre de l’évènement.

C’est alors l’apogée de la profession. Louis XIV utilisera bon nombre des Maîtres les plus renomés et illustres de l’époque pour ses fêtes qui étaient alors réputées dans toute l’Europe.

Aujourd’hui, la profession a traversé l’Atlantique et s’est développée à une vitesse fulgurante en France  où elle souffre d’une image peu flatteuse, car trop chère et peu porteuse. 
 La presse l’utilise comme quelque chose de tendance et réservé aux personnes les plus riches. Certaines wedding planners mal formées ou avec peu de connaissances de leur profession sont convaincues d’être les premières. Il n’en est rien. Le métier tend à se démocratiser et à gagner du terrain en France et en Europe.

Aujourd’hui plus que jamais cette profession a de l’avenir pour revenir sur le devant de la scène par le biais des services à la personne, qui prennent de plus en plus d’importance.

( texte déposé à l’INPI par Lyly Lemêtre – propriété intellectuelle de Lyly Lemêtre- reproduction totale ou partielle de ce texte strictement interdite)